Din Records
BRAV - DIARY OF SOUS FRANCE LE 18.06.2012

Din Records

« Le prix de l’indépendance »
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Couplets Légendaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amine Oldtimer

avatar

Nombre de messages : 10018
Age : 31
Localisation : Sur le champs de guerre
Date d'inscription : 26/02/2007

MessageSujet: Couplets Légendaires   Lun 27 Avr - 12:14

Voilà en visitant un peu l'ABCDR du son (selon moi le meilleur site hip-hop, et de très loin!), j'ai découvert une section "Couplets Légendaires", du coups je me suis dit que l'on pourrait le faire sur le forum et comme premier couplets légendaires, je mettrait celui qu'ils ont mis, à savoir le monstrueux couplet de Ill des X-Mens sur "Retour aux Pyramides" dans la BO de Ma 6-T va Cra-ker. Un morceaux bourré de métaphore, de comparaison et d'allitération, qui bien sur est encore plus monstrueux avec le flow incomparable de Ill.

Mon rap choque comme une nonne qui fume le crack à Vincennes - tatouée, sapée très sex’, bafouée pour vingt cents. Un défilé de cinq Benz avec rien que des noirs ou un nain homo qui danse le pogo avec dix skins. Gaze, comme un bec bunzen, moi c’est breakdance boogie. Les tiens font miskine. Je représente les miens comme Denzel. Ex-rookie, frère digne, jamais plein de zèle et sur mon polo, des impacts de balles forment mon logo. Les autres font rire comme Bozo le clown, se comportent comme au zoo. Je suis une félonie. Anti-vikings, je crée des colonies. Black Napoléon. Homme caméléon. Bing ! On pille le pays comme Mesrine. On envahit Virgin, les villas et les villes, les piscines. On boit de la téquila. Ma famille, mon cocon. Choquons nos ex-colons, embrochés du cul au cou par des sexes trop longs. Des tresses sous un collant Dim, des Tims’, des textes trop longs. Je vois rouge comme les peaux, parqués dans les réserves. Je couche avec les black squaws, squatte leurs tipis. Pire qu’un hippie, je respire du pavot, pas vous. Je grave la vraie vie dans le pavé, comme les gars des grottes de Lascaux. Comme Vasco de Gama, je suis à la recherche d’espaces vierges à infiltrer comme Donnie Brasco dans la mafia. Donc je suis parano, speed, comme Martin Payne sous cocaïne. J’ai la haine, jusqu’au jean Calvin Klein. Je représente mon clan. J’ai le feeling comme Marvin Gaye. Trop de flûteurs. Je suis un king comme Martin Luther.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ifa

avatar

Nombre de messages : 2979
Age : 25
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 06/11/2007

MessageSujet: Re: Couplets Légendaires   Lun 27 Avr - 16:54

C'est clair, l'ABCDR est excellent et fait les meilleurs chronique rap sur le net! Et ce couplet... tout simplement énorme, le fait qu'il n'y ai pas vraiment de thème laisse une plus grande liberté d'écriture, légendaire le couplet. Sinon un couplet que j'ai adoré est le 2eme de l'enfant seul :

Mes mots s'emboîtent, les gens s'y voient comme dans une flaque d'eau
Ça leur renvoie un triste reflet, mais est-ce ma faute ?
T'es l'enfant seul, c'est pas facile, on se comprend
Peu le savent - que je le sache ça te surprend
Il mate par la vitre, la solitude qui le mine
Fait passer la quinine pour un sucre
Faut être lucide, il faut qu'on se libère disent-ils
Ils n'en discutent pas, confondent la rime et l'acte
La fuite et le suicide, un pacte, une promo sans tract
Pas trop de mots, nobody n'a capté le sale souhait
L'envie de se laisser par le cou pendu
Pour punir les parents qui, pour aimer l'enfant, ont trop attendu
Car si l'amour est une course, l'enfant naît : c'est le départ en tête
L'embêtement qu’en passe-temps en fait des parents bêtes
Mes crises lancinantes, sentiments en ciment
Sinon dans six ans, on me retrouve ciseaux dans le crâne
Dans le sang gisant


Mais le problème avec Ox', c'est que ses couplets sont tellement bon qu'il est dur de faire un choix, j'ai retenu celui là pour l'assonance à la fin qui m'a assommée!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ifa-prod.skyblog.com
Amine Oldtimer

avatar

Nombre de messages : 10018
Age : 31
Localisation : Sur le champs de guerre
Date d'inscription : 26/02/2007

MessageSujet: Re: Couplets Légendaires   Lun 27 Avr - 22:23

C'est claire que quasiment tout les couplets d'oxmo sont légendaires!
J'alimenterai ce poste assez souvent!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Couplets Légendaires   Lun 27 Avr - 22:31

Il est tres fort Oxmo personne ne peut le contester.
J'écoute pas depuis des année mais les textes que j'ai écouter ou lu sont tous simplement enorme.
Respect
Revenir en haut Aller en bas
farud

avatar

Nombre de messages : 1859
Age : 30
Localisation : HEM
Date d'inscription : 27/02/2007

MessageSujet: Re: Couplets Légendaires   Lun 27 Avr - 23:01

Pour moi un des couplets légendaires que j'ai surkiffé c'est le couplet de kery james dans le morceau EN FEU DE DETRESSE

Juste quand le beat commence !! Palalaa quand jy repense que je l'ai vue en live avec les musiciens à la sortie de son album ma verité !! trop violent !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Metafore

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 26
Localisation : Neuchâtel
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Couplets Légendaires   Lun 27 Avr - 23:13

Sinon y'a le couplet de Ali dans "Avertisseurs", celui de Booba dans "Le silence n'est pas un oublie", oups...j'ai fait une erreur en citant des couplets de Lunatic vu que tout l'album est une boucherie Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://metafore-jb.skyrock.com
Amine Oldtimer

avatar

Nombre de messages : 10018
Age : 31
Localisation : Sur le champs de guerre
Date d'inscription : 26/02/2007

MessageSujet: Re: Couplets Légendaires   Lun 27 Avr - 23:21

mettez les couplets que vous citez!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vincenzo

avatar

Nombre de messages : 242
Age : 26
Localisation : 6.0. 100
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Couplets Légendaires   Mar 28 Avr - 14:26

MDR Lunatic: Chaque Titre est un tuerie que ce soit un feat où autre (Comité de brailleur, dissident, arsenik, oxmo, Mala à chaque fois c'est une tuerie....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Metafore

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 26
Localisation : Neuchâtel
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Couplets Légendaires   Mar 28 Avr - 18:58

A ouais désolé Amine, voici le couplet de Ali qui est terrible dans "Avertisseurs":

Issu d'un peuple averti,
Prends le relais dans un monde perverti.
7 réparti parmi les cieux, 3 pour l'homme,
Soit la somme du corps, de l'esprit et de l'âme
La rue nous a été donnée pour domaine,
A chacun son langage propre, rares se comprennent.
Preuve de la malédiction descendue sur Babel
Chacun pour soi dans l'éphémère,
Et l'Éternel pour tous ceux qui ont foi en sa bénédiction.
Nos récits trop souvent incompris
Non pas pour notre mauvaise diction.
Ceux dont les yeux n'ont vu de la vie que distraction
Diront que notre science est fiction,
Leur vision reste étroite comme le panorama d'un pénitent,
Aussi restreinte que la tolérance d'un extrême-droite militant.
La vérité reste la vérité, l'esclavage en Afrique a été cautionné par le Vatican,
Mais on reste pratiquants, délinquants
Et gens pieux se mêlent à nos rangs.
Issus d'un peuple averti
Prends le relais dans un monde où les pervertis
Oublient que l'air et l'eau plus que l'or sont précieux,
Croient avoir le contrôle de la Terre et des cieux,
Dans leur vanité,
Se prennent pour des divinités.
Ne voient-ils pas le nom de leur Seigneur calligraphié près de leurs lobes,
Juste de quoi méditer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://metafore-jb.skyrock.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Couplets Légendaires   Mar 28 Avr - 20:29

Un couplet de ouf Ali une tres grosse plume du rap fr Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
King.James

avatar

Nombre de messages : 1095
Age : 24
Localisation : 54 Nancy
Date d'inscription : 10/02/2009

MessageSujet: Re: Couplets Légendaires   Mar 28 Avr - 21:28

super idée ce topic !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amine Oldtimer

avatar

Nombre de messages : 10018
Age : 31
Localisation : Sur le champs de guerre
Date d'inscription : 26/02/2007

MessageSujet: Re: Couplets Légendaires   Mar 28 Avr - 21:31

Enorme ce couplet d'Ali, moi je met les 3 couplets d'un morceau mais je trouve qu'ils vont trop bien ensemble, méchant, c'est Oxmo et Lino sur La loi du point final!

tout d'abord l'excellent couplet de Ox

Ma vie est ponctuée de faits marquants
Mal et peut-être bon, peu d'regrets
Quoi ? étonné que j'parle comme ça à l'age que j'ai ?
Fais chier d'errer en chien, l’air de rien, on s'laisserait rêver
De pouvoir y mettre un terme un point final à tout c'qui merde
Faut qu'ça cesse toutes ces agressions d'keufs
Les yeux des gens d'la Jet Set me jugent du faciès jusqu'aux chaussettes
Je sais qu'Dieu m'en veut de t'avoir haï
Au point d’ souhaiter la mort de tous les gens que t'aimes et de t'laisser en
vie
Mais fallait y penser avant d'faire mal
Mettre un point final à toutes ces crasses gratuites et crimina-minal
Faut surtout pas qu'les frères cessent de s'pointer finalement
puisqu’ il faut qu'il n'en reste qu’un pour qu'une race soit en paix
Qu'les parents cessent de crier sur leur fils qui ramène pas le succès fiscal
tôt
L'an 2000 c'est pas les sixties, ta vie un livre sans virgule
car faut pas s'priver sachant qu'chaque chose à un point final
J'raconterai


ensuite le monstrueux couplet de Lino
La vie est belle comme une pin-up, une pipe,
Un strip-tease dans un peep-show
Vise les mauvais trip c'est chaud, demande pourquoi mes types tisent
du pur son d'vermine sur la FM
c’est rare comme trouver des couilles dans l'slip des élus FN
J'suis vulgaire comme les ruelles sont cruelles
Et c'est cette putain d'époque qui change les Marc Dutrou en père noël,
une brève nouvelle du front ici c'est marche ou crève
Parler d'trève c'est comique comme des putes qui font la grève
C’est grave mon glaive grave l'écorce, j'brave le danger Borsalino bicrave
La rime écorche le jeu, l'étranger en bave
Faut qu'ça s'arrête, mettre la charrette avant les bœufs
D'la caille dans ma barrette, d'la paille dans ma beuh,
Peu importe les moyens si Dieu le veut, à cramer les pieux
Sur les yeux d'ma mère, y a rien qu'des païens
Dieu doyen me garde j'ai fini, voyou sur mes gardes,
flingues contre cailloux ça barde j'suis sous la merde à 100 milieux


Et enfin l'apothéose du duo:

Arrête de m’saouler sur la couleur de ma shoes ou de ma peau,
non y'a pas d'pourquoi cette parano faut qu't'arrêtes c'est tout
Faut qu'tu saches que mon foutu slash est ma sécu
Si la merde avait une valeur, mes négros naîtraient sans trou du cul
Faut qu'j’mette un point final à ce lien avec cette femelle
qui n'fait qu'pomper mon fric et m’séparer d'ma clique
Faut qu'nos mères stoppent de bosser dur,
chialer les procédures qu'anullent la vie d'un fils nul à l ‘école
Ouais faut qu'j't’explique, faut qu'ça cesse le clic clic du glock d'ma teck'
Mon block blesse j'flippe même de foutre ma fouf en glauque laisse
Faudrait qu'on cesse tous d'croire qu'la vie c'est les boîtes, belles westons
Les Aston Martin, les beaux pulls et les belles putes
Cesse de glander, d'attendre le messie, scander qu'ici c‘est mort
demander d'l'aide le cul sur un banc à la téci
Cesse de glander, d'attendre le messie, scander qu'ici c'est mort
demander d'l'aide le cul sur un banc à la téci
Merde arrête de m'pomper mec, gare aux coups d'pompes secs
On paye toujours quand on cherche à tromper ou cirer les pompes
Usuels suspect, empilés pis au point, normal, et puis ma clique
Lino plus Oxmo Puccino, la loi du point final.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ifa

avatar

Nombre de messages : 2979
Age : 25
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 06/11/2007

MessageSujet: Re: Couplets Légendaires   Mar 28 Avr - 22:18

Laisse tomber, la loi du point final, une tuerie, un des meilleurs sons d'Oxmo!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ifa-prod.skyblog.com
King.James

avatar

Nombre de messages : 1095
Age : 24
Localisation : 54 Nancy
Date d'inscription : 10/02/2009

MessageSujet: Re: Couplets Légendaires   Mar 28 Avr - 22:20

Pas faux, j'ai adoré ce son Very Happy !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soledad

avatar

Nombre de messages : 293
Age : 26
Localisation : De Maubeuge à Perpignan
Date d'inscription : 23/11/2008

MessageSujet: Re: Couplets Légendaires   Mer 29 Avr - 0:20

Celui de Rocé " Pour L'Horizon " est un couplet légendaire !

Top Départ !

Quand je rap, faut que mes lyrics t'éveillent au-delà du réel /
Le réel, c'est mon rayon même au-delà de ma semelle /
Mes semelles. loin des tropeaux, là de la carotte pour la vie /
La vitesse des potes qui taffent c'est comme les blocs qui s'entassent /
Pour certains, ça fait des liasses pour personne un paradis /
Qui parle à qui, connexions pote, ils tournent comme des toupies /
Rares sont les blazes bien unis comme grenade et goupille /
Les groupies, j'y suis paré faut que j'reste pareil et c'est carré /
Je suis loin de devenir taré, seuls les tares croient nous séparer /
De Parisland à Banlieusard y'a plein d'attractions la nuit /
Ma réaction, la reflexion, hier comme aujourd'hui /
Aujourd'hui, hier en plus féroce, les jeunes fiers en plus précoces /
C'est la guerre et dans la guerre, j'veux être fier en plus d'être boss /
Nous on perdra jamais, parce que si y'a la merde et les flammes /
Je profite de la chaleur de nos flammes pour forger mon arme /
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://Riyad-Es-Salihine.Skyrock.Com/
Amine Oldtimer

avatar

Nombre de messages : 10018
Age : 31
Localisation : Sur le champs de guerre
Date d'inscription : 26/02/2007

MessageSujet: Re: Couplets Légendaires   Mer 29 Avr - 0:55

bien vu mahatma excellent couplet, si je dvais en choisir un de rocé, je prendrai le deuxième des "nomades de l'interieur"!

Les mains qui compressent le crâne, et on reste sans comprendre
Pourquoi c'est sur soit qu'il y a, ce que la folie vient prendre
Les yeux fixés au sol, parce que le sol reste de cendre
Sans rendre, ce regard que chez les autres on engendre
Le regard de l'autre a le poids de l'enclume qu'est notre malaise
On stresse, y'a plus rien qu'on encaisse, on sait qu'y a plus rien de bon
Et on le cache aussi mal que ce pli sur le front
Dans le mensonge que tout va bien, on régresse à faire semblant
Mais les yeux sont fenêtre sur l'âme, et ton regard est absent
Celui des gens est comme une flamme sous l'oeil
Tu ne veux pas te montrer en le clignant, alors tu mets l'accent
Et l'humeur que tu montres aux autres, en cache une à toi tout seul
C'est pas que la raison ne soit plus là, c'est pire, la raison te nargue
Car tu sais que tu la poursuis, car tu t'y rabaisses
Tête entre les mains à attendre, qu'apparaisse sa nouvelle vague
Sauf qu'au premier reproche, les nerfs décident que tu régresses
Et quand le calme revient, t'aimerais dire, à forte raison
Tes confidences à la mère, le père, le frère et les soeurs
Et là tu t'rends compte combien le cerveau est ta propre maison
Car si tu n'y es pas au chaud, tu ne peux réchauffer les coeurs
Quel bonheur, les gens ont, ils s'rendent pas compte, de glisser à vie
Et quel malheur, de vivre à essayer
Quand dans la tête, un labyrinthe qu'on veut chassé s'est construit
Comme si tu ne reconnaissais plus chez toi, trop infesté
Les écorchures physiques sont voyantes et guérissables
A l'inverse de ça, tu n'es que trop fragile et périssable
Agile dans le mensonge, parce que à la recherche du véritable
Et mourant de soif de cette raison insaisissable
Tu pues de cette rupture que les proches appellent cassure
Etant dans cette partie du crâne que l'humain normal rature
Là où les émotions sont dures et où le sensible sature
Seul avec ton ombre comme carrure et pas une ombrelle d'armure
Il a plu dans la tête, et ça attire la moisissure
Rares sont ceux qui coulent dans la tempête, et qui en sortent plus durs
C'est pour les nomades de l'intérieur, parce que ce qui est sûr
C'est que la folie, personne n'en revient sans blessures...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Couplets Légendaires   Mer 29 Avr - 1:02

Le morceau nomade de l'interieu un tuerie
J'me suis un peu ressenti dedans ...
Revenir en haut Aller en bas
Amine Oldtimer

avatar

Nombre de messages : 10018
Age : 31
Localisation : Sur le champs de guerre
Date d'inscription : 26/02/2007

MessageSujet: Re: Couplets Légendaires   Mer 29 Avr - 3:16

je me ressens grave dedans!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange

avatar

Nombre de messages : 220
Age : 24
Date d'inscription : 03/01/2009

MessageSujet: Re: Couplets Légendaires   Mer 29 Avr - 9:40

POur moi le couplets le plus mythique c'est celui de Shurik'n dans la Fin de Leur Mondes


Shurik'n:

Regarde ma terre en pleure
Mais les choses ici prennent une telle ampleur
Les fils partent avant les pères, y a trop de mères en sueur
Quand les fusils de la bêtise chantent le même air en cœur
Le mangeur d’âme à chaque repas s’abreuve de nos rancœurs
Je l’entends toutes les nuits, las des fantômes qui la hantent,
Las de leurs complaintes,tellement que des fois elle en tremble
Par le sang de la haine, constamment ensemencée,au pas cadencé, Quand ce dernier chasse le vent hors des plaines
Rien n’a changé depuis, où je vis, Juifs, Catholiques,
Musulmans, noirs ou blancs, fermez vos gueules, vous faites bien trop de bruit
Comme ces orages dont l'eau se mêle à nos larmes,
Et leurs chocs sur le sol aride dont l’uranium à voler l’âme
Je veux pas d’une ville aux cimetières plus grand que la surface habitable
Même si paraît que de l'autre coté tout est plus calme, plus stable
Je veux pas qu’après le jour J, les survivants survivent sous le néon,
Trop proches du néant, car le soleil les prive de rayons
Les artères pleines d’amer comme un caddy au Géant,
On charge, on charge, à la sortie c’est tout dans les dents
J’crois que c’est dans l’ère du temps, chacun cherche son bouque émissaire
Ouais, d’une simple vie ratée à l’envoi d’une bombe nucléaire
L’amour manque d’air dans leur monde, nous on suffoque, tout ce qu’on supporte,
Ca pressurise, et c’est les psys qui vont exorciser,
Que quelqu’un me dise,si j’ai des chances de voir enfin la paix exigée.
Qu’un jour les abrutis s’instruisent,
Perché sur ma plume, j’attends c’ moment observe ce bordel
De petites flammes montées au ciel, pour elle j’ai saigné ce gospel
"Héra" se barre à tire d'ailes; las de la sève qu’on tire d’elle
On clame tous ce qu’on l'aime, mais aucun de nous n’est fidèle
Jalousie et convoitise, se roulent de grosses pelles
Quand les problèmes viennent, on règle ça à coup de grosses pêches
Et pendant ce temps là, certains amassent des sous par grosses bennes
Devine qui est ce qui creuse mais avec des plus grosses pelles
Quand est ce qu’on y arrive, là où le bonheur désaltère
Mon futur se construit, sans cris, sans mecs à terre,
Ni de centrale en fuite rien sur le compteur Gegere
Et finalement conscient qu’ici, on est que locataire
Tu parle d’une location, regarde un peu ce qu’on en a fait
Quand le vieux fera l’état des lieux, on fera une croix sur la caution
On aurait du le rendre comme on nous l’a donné,
Clean, sans taches, et innocent comme un nouveau né,
Seulement les nôtres meurent de faim en Afrique
Et y a pas assez de fric pour eux
Alors la dalle faudra la tempérer
Les hommes tombent sous les rafales racistes,
Mais on peut rien pour eux,
Alors les balles faudra les éviter
Le cul devant la télé, occupé à rêver,
le doigt poser sur la commande, on se sent exister
On râle, on gueule, on vote, espérant que ça va changer
Mais dresse tes barricades et tu les verra tous hésiter
Garni d’incompréhension et de stèles géantes,
Le globe rêve de compassion et de bourgeons renaissant sur ses branches
Les mêmes qu’on laissera crever un soir de décembre, dans le silence,
Juste un bout de carton pour s’étendre,
Tout le monde à ses chances, de quelle planète vient celui qu’à dit ça ?
Un homme politique, je crois, live de Bora Bora
Pendant que les foyers subissent, façon tora tora,
Mais bon c’est bien trop bas, alors forcément il ne nous voit pas
Parole et paroles et paroles, ils ont promis monts et merveilles,
Mais les merveilles se sont envolées,
Il reste que des monts, mais c'est raide à grimper
Et au sommet, y a que des démons en costumes cendrés
Et en bas, c’est les jeux du cirque, César Avé
Parce qu’on va se faire bouffer par des fauves qu’ils ont dressés
On note une sévère chute de sang sur la map, une montée d’air noir
Un jour on payera cher pour une bouffée d’air pur
Ici c’est chacun sa culture, chacun son racisme
Seulement sur fond blanc, c’est le noir qui reste la meilleure cible
Les temps changent c’est sur, mais y a toujours des irascibles
Ils ont le bonjour d’Henry, d'Arron, Mormeck ou Zinédine
A l’heure où les gens dînent,
Y en a encore trop cherchent, pour eux pas de 8 pièces, ils crèchent au parking
Tout le monde s’en indigne,
Ca dévalue le quartier, ça effraye mémé,
Et on sait bien ce que mémé va voter
Du haut de leurs tours de biz’, droites comme la tour de Pise
Jumelles sur le pif, ils fractionnent, divisent à leur guise
On s’étonne ensuite que ça finisse en fratricide
Car tout ce qui compte c’est de gonfler les commandes de missiles
Vive la démocratie, celle qui brandie la matraque, face à des pacifistes,
T’es pas d’accord, on te frappe,
Multirécidivistes : c'est jamais ceux là qu'on traque
Ils vivent en haut des listes et mettent leurs tronches sur les tractes
Ce monde agonise, vu ce qu’on y fait, c’était prévisible
Comme la goutte sur le front, dès que la merde se profile
Mais la peur atrophie les cœurs, peur de tout ce qu’on connaît pas
Alors on se barde de préjugés débiles
De partout les extrêmes dominent, en prime time,
A chaque fois qu’ils déciment une famille
Et bien avant ces régions où sévie la famine
Image trop crue pour un beauf devant sa viande trop cuite
Lui qui croyait que l’euro ferait beaucoup d’heureux,
Pour les vacances faudra attendre un peu ou gagner aux jeux
Mais là c’est pas trop l’heure, demain très tôt y a le taffe
Comprend ce monde va trop vite, aucune chance qu’on le rattrape
Sur la route des principes, ils ont mis des pièges à Loups,
Des gilets dynamites, et des skeud y en a un peu partout
Faudra faire gaffe aux mines, aux puits d’où la mort s’écoule
Il a beau être vif, mais à la longue il évitera pas tout
Et un de ces quatre il finira par tomber,
J’espère qu’il y a aura quelqu’un pour aider le prochain à se relever
J’espère qu’il sera pas comme le notre, aigri et crever
Et j’espère surtout que celui-là essayera pas de se faire sauter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ange-officiel.skyrock.com/
theanswer64



Nombre de messages : 35
Age : 26
Localisation : 64 vers Pau
Date d'inscription : 12/05/2008

MessageSujet: Re: Couplets Légendaires   Mer 29 Avr - 17:51

Celui de Akhenaton dans "Manifeste" est un de mes préféré et puis Hi-Fi dans "Tout ce que les negros veulent" est juste impressionant :

J’connais des Mc’s qui mentent comme les religieuses,
lorsqu’ils rédigent et disent qu’leurs bizs leur rapportent des putains de sommes
mais j’en connais plus d’1 en 5.0.1. serrés à 5 dans une 2.0.5.
qui date de 85, vend un « 5.20 » tous les 5 mois
passe 5 jours sur 7 sans maille
et paye la sortie du week-end en piecettes récoltées chaque mois
avec tes 4 camarades inséparables comme les 5 doigts
toujours chaud pour un cage-bra, mais t’es l’seul a être bé-tom 5 mois,
personne sait pourquoi
ça te « Torture » comme les Jackson 5
et p’têt que ma tchatche te brise le cœur comme Toni Braxton, zinc’
mais je t’ai assez fait la morale, pars car tes painc’ klaxonnent
chouette ! Ils ont mis une bouteille de Moët de côté pour être comme des players
mais ça n’améliore pas les rimes et les miennes sont meilleures
et quand elle est vide vieille caille-ra qu’t’es, t’y vides ta Bavaria
trop bourré pour faire l’amour à ta go, alors d’autres lui font la cour
c’est cool pour eux, mais toi t’es heureux d’être un gars roureux d’une coureuse de gars
pourtant dans tes textes tu maîtrisait les tass’ de face, de dos
tu disais : « j’fume tous ce qui est bien roulé, comme un bédo! »
aujourd’hui ton ex-femme est si enflée de face que t’oses la regarder que de dos
parce que tu sais qu’c’est pas ton sse-go qu’elle porte
son cul comme mon cd s’exporte
t’es la risée de tes ex-potes
et tes poches sont vides comme les teille-bou d’Pelforth
qui jonchent le parterre de ton apart’ du lit jusqu’à ta porte
ta même pas fait tune-for et à peine mort les b-boys, s’souviennent plus d’toi
tes métaphores étaient p’têt fortes, mais les miennes flinguent toujours plus que toi,
plus que toi et toute ta clique en plus de toi…car…

Le 2ème couplet est d'un excellent niveau aussi :


Car j’suis intestable niveau textuel, inébranlable comme un transexuel
transmet mes sensations par la voix mais pas sexuelle
ma décision ? Ne pas changer une page même si certains ne partagent pas ma vision
Les tit-pe ne tapent plus, ne braquent plus, depuis qu’ils ont vu que le rap palpe plus
et dans les pe-cli des plus petits qu’ eux ont plus de blé qu’eux
mais t’as pas l’truc t’as cru que ton style tuerait a force d’écrire et de raturer,
mais le marché est saturé
tu veux un autre dicton ? J’en kicke un : « Antillais et Africains, loin du rêve Américain »
j’ai lu les textes d’un enculé qui parlait d’meuf et d’9
à l’heure qu’il est, je sais qu’il sait qu’il n’est pas le plus ruff-n’-tuff
Hifi qu’il est stylé disent les types qui kiffent mon style
écoute plutôt, j’t’ai déjà dit qu’j’étais du genre à mettre un coup de couteau
pour faire ta thune (quoi ?) coûte que coûte tu fais d’la démagogie
ton truc vaut que d’chi et à la durée de vie d’un Tamagoshi
mes potes chient sur ton cd funky et se torchent le cul avec le fascicule
moi , j’donne ça à l’ancienne parce que j’sais ce que les négros veulent
des role-pa qui terrorrisent des dégats à l’arrivée comme une météorite
ma clique est crainte comme un groupuscule terroriste
mon rap n’a pas de morale, pas de vérité générale,
juste ma prope galère qui ne mérite pas d’héritier
paria a la variété jsuis pas cher payé au rap,
pour que la chair de ma chair puisse être fière de ché-mar la tête droite ! Monsieur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soledad

avatar

Nombre de messages : 293
Age : 26
Localisation : De Maubeuge à Perpignan
Date d'inscription : 23/11/2008

MessageSujet: Re: Couplets Légendaires   Jeu 28 Mai - 14:08

Et celui de Rohff " Génération Sacrifiée "

Sachez... que... si autant d'jeunes se sacrifient, c'n'est pas pour rien.
Y'a aucun plaisir à s'suicider c'est pour assouvir notre faim.
Avant la fin d'cette chienne de vie,
On espère en vain respirer une meilleur vie enfin quite à risquer sa vie enfin c'est notre avis.
Toute une génération noyée par la fume, la solitude,
Et quand on marche en bande chacun a son vécu, son attitude,
Ses réactions, ses pulsions, ses ambitions, ses directions ;
Le plus souvent dans l'banditisme et l'transactions,
Pour les gens qui font d'l'argent intelligemment.
Quant aux mineurs qui agressent les gens dans la rue méchamment,
Un conseil : joue pas l'malin avant qu'ce soit trop tard, avant qu'tu fasse de la taule,
Tombe dans la fume, l'alcool, va à l'école déconne pas,
Car c'est ta mère qu'en souffrira, tes p'tits frères qu't'influanc'ra, l'état qui en rira.
Ecoutes-moi : fais pas la tête de mule, ou conneries sur conneries t'accumules,
Pendant qu'tu t'la raconte devant tes potes c'est l'système qui t'encule.
C'est ridicule. Combien on commencé comme toi ?
Et aujourd'hui plus âgés qu'toi, combien regrettent la chance que t'as ?
Génération sacrifiée, j'explique pourquoi c'est comme ça, pourquoi on est comme ça,
Qu'est-ce qui nous pousse à faire ça.
J'vois qu'ils parlent de plus en plus de délinquance à la télé,
Laisse-moi m'en mêler, j'vais aux débats d'tous ces enculés.
Politicards de merde, démagogues. Rohff refuse le dialogue.
Ils nous prennent pour des mongols, veulent qu'on consulte des psychologues.
Ils s'fouttent de not' gueule, nous endorment avec les grands mots français.
J'ouvre ma gueule, hardcore révolté au sourcils froncés.
J'récite la vie d'tous les jours, ça s'passe au bat des tours,
Des citées HLM au ghettos et ces alentours.
Hardcore l'décors qui m'entourent.
J't'en prie viens faire un tour, tu sais très bien où ça s'trouve, donc ne fais pas d'détours.
Approche de la délinquance, des mauvais garçons, la prudence.
Fais face aux conséquences d'ton institution,
D'ton intelligence, et d'tes circonstances chrétiennes.
Etat d'urgence chaotique. Pour les familles d'Afrique entourée que d'racistes et d'flics.
En majeur partie, y'a qu'des cist-ra, répartis dans la police, justice en tant qu'magistrats.
Complices de l'état, et du programme qui nous est imposé, croyant apprivoisé,
Dans la prison ceux qui veulent s'opposer.
Mais rien à foutre pour les cas sociaux qui sortent du placard,
C'est la banqueroute donc on r'vient au point d'départ, sur la même route.
Vu qu'rien n'a changé, et qu'sans argent impossible de t'ranger.
En France, même avec des papiers t'es qu'un étranger.
Sachant qu'ils volent notre oseille, c'qui fait d'leur vie une merveille,
Sombre au sommeil dans la misère jusqu'à c'que la mort les réveille, la veille d'la fin du monde.
L'amour m'a rayé d'son parcours, t'es aller en cours,
C'est rien les risques, afin d'trouver une porte de secours.
Ici personne cri au secours c'est chacun pour soi.
Où qu'on soit, s'en sortir, sans compter sur qui que ce soit.
Tous dans l'même cas, famille nombreuse cette galère,
Déconcerté par une enfance laborieuse, c'est l'échec scolaire.
Maint'nant, c'est la rue qui t'attends au tournant,
C'est pas d'ta faute ni celle de tes parents c'est celle du gouvernement,
Qui fait payer, les fiscs, les impôts, à nos parents à plein pot, qui eux travail sans repos.
Sachant qu'ils ont des gosses à nourrir, leur scolarité à suivre,
Le loyer, l'électricité à payer pour survivre, avec quoi, une misère, comparé à vos salaires.
Bandes d'enculés d'vos mères, à cause de vous on fait pleurer nos mères.
Comment veux-tu qu'il règne une bonne atmosphère de famille,
Qui ai d'l'affection, du bonheur, comme chez vous les che-ri ?
Avec une telle situation, y'a d'quoi péter les plombs sous la pression.
Vous sacrifiez nos génération.
Les jeunes du ghettos soufrent d'une douleur atroce,
Qui nous vient du fond du coeur, c'qui nous rend plus féroce.
Quand le cont'nu de nos coeur renforce nos conceptions d'la vie,
Les mauvaises péripéties, nous endurons endurcis, noircis, renfermés.
Notre état d'esprit de rage provoque l'orage qui lui fait couler les larmes comme la pluie.
Aujourd'hui, le sang coule autant qu'hier, parc'que l'système pose le même problème qu'hier,
Cause des pulsions meurtrières.
Les jeunes s'affrontent malgré qu'c'est l'même combat,
Deux trains qui s'rencontre à 100 à l'heure ça fait des dégâts,
Du carnage, pour le pas nous dressons en âge.
Et quand on s'entre-tue c'est pour leur victoire qu'on s'engage.
Dans ma rue, y'a des mec qui biz, des p'tits qui jouent au foot,
Quand au toxicos qui shit, j'leur fait pas la bise, mais j'les shoot.
Parc'que tu vois, moi la came ça m'dégoute, écoute, si toi tu la r'fourgue,
C'est ton problème, chacun sa route.
En c'qui m'concerne j'ai assez d'poisse pour qu'j'en rajoute,
Et j'ajoute, que j'ai foi en Dieu, l'enfer je redoute, j'ai des principes.
J'suis pas d'ces types qui s'affirment comme disciples du Cheytane, participent au triomphe de Halam.
J'anticipe, ces 6-7 façon de marcher de travers, manière d'la r'mettre à l'endroit, car i'm'la fout à l'envers.
Et il s'avère qu'à tout les coups c'est nous qui payeront les risques,
Dans ces lieux spéciaux construits pour les cas sociaux,
T'as compris, la zon-pri, afin d'nous priver d'notre liberté.
On fait le nécessaire pour vivre et on survit dans la pauvreté.
Mon crew préfère mourir debout que vivre à g'noux.
Et ils nous appellent voyoux parc'qu'on déjoue les plans qu'ils projettent sur nous.
En gros j'sais c'qu'est le mal et le bien, et j'ai vu que nous faire du mal leur faisait du bien.
Ils nous ont tout donné pour nous détruire, anéantir,
Et à partir de leurs projets ils comptent tout reconstruire.
Ils s'tapent des délires sur not' dos, mènent des expériences,
Prennent pas conscience qu'ils nuisent grav'ment à notre existence.
Quand j'pense qu'à Vitry à seize ans ça braque des banques,
C'qui montre à quel point c'est l'argent qui manque.
J'crois qu'ils s'rendent pas compte qu'ils mettent de l'essence dans l'feu,
Même les p'tits d'la citée tentent de tricher dans leur jeu.
En bas d'la pente, on essaie tous d'grimper comme on peut,
Afin d'répondre à nos attente puisqu'on n'peut compter sur eux.
Influencé par l'banditisme, jeunesse sacrifiée, répondez : que deviendront les p'tits d'mon quartier ?
Puisque l'problème c'est l'argent, et sans argent c'est malheureux,
C'est vrai qu'il pourrit les gens, mais il nous permet d'être plus heureux.
Car assoiffé par un bonheur dont on rêve tant, dont on souhaite tant,
Paix autant suffisamment pour être contents.
Depuis qu'le temps, a pour meilleur amie la réussite,
On a trop longtemps attendu donc on procède à l'illicite.
On s'incite, s'entraîne, puisqu'on traîne ensemble,
Vu qu'nos situations s'ressemblent il est normal qu'on s'assemble.
Ensembles, on fait des choses qu'on aurait jamais voulu faire,
Et quand ça marche mon frère, c'est sûr qu't'ira l'refaire.
C'est plus fort que toi, sans ça tu n'es rien, plus moyen,
T'as froid, t'as faim, tu d'viens c'galérien qui voit les gens passer,
Les belles voitures passer, et là tu t'sens dépassé.
Quand tu sens l'temps passer, en silence, tu pète les plombs,
Tu perds la raison, très vite t'en trouve une autre celle de la tentation pour l'évasion.
Tragique destin, quand tu as pour option la rue,
À l'école tu n'comprends rien, parc'qu'au fond tu suis plus.
Donc t'abandonne, et laisse ça pour tes petits frères,
En espérant que tes petites frères vont faire c'que tu n'as pu faire.
V'la qu'tu tombe dans l'alcool, les spliff, c'qui n'arrange pas les choses,
T'es toi fatigué, impulsif, qui revendique une vie en rose.
Rabza, renoi c'est vrai qu'ce mode de vie est insensé,
Mais une fois compris c'qu'on prône, c'est soit nous enfoncer,
Si tu veux pas comprendre, c'est qu't'es un peu défoncé.
Une fois j'ai réalisé enfin dans quel fossé tu t'es lancé.
J'crois pas qu'c'est le destin qui veut qu'tu cours à ta perte,
Mais le système qui fait de sorte à c'que tu t'jette dans la merde.
Puis tu refuse de t'soumettre, et ça ils l'acceptent pas.
T'es pas chez toi, donc ils envoient leur fils avec toi.
La police tourne jours et nuits te voit galèrer,
Comme tu joues les caïds dans la rue on t'a déjà repéré.
Pour un p'tit bout de drogue douce, tu pourrais finir au poste,
Juste pour t'casser les couilles, poussé à bout tu riposte.
Et là t'as perdu, six millions d'façons d'nettoyer les rues.
" La France aux français " les immigrés n'en ont jamais voulu.
Dans ma rue, on a des babtou qu'ont perdu la boule,
Ils s'en battent les youkou, parc'que leur propre bled les refoule.
J'parle pas d'ces bouffons qui ont tout, qui s'laisse engrainer,
Mais ceux qui n'ont rien comme nous, ont la rue pour destinée.
C'est triste, ce vice finit par nous avoir,
Plus tu persiste plus t'accentue la sentence du pouvoir.
Que j'sois responsable de toutes nos contraintes,
Ils portent atteinte à nos vies, laisse pas d'empreinte, qu'un homicide, et bien réfléchit.
Je sens la crainte en observant de loin les gamins,
Quand j'repense à hier en voyant aujourd'hui j'imagine demain.
Sur le terrain, i' voudront nous abattre comme du bétail,
On f'ra la guerre dans nos quartiers, transformés en champs d'batailles.
Vu qu'pour un rien, ils déconne le P38 pour braquer, par moi j'ai un,
C'est pas à un alcoolique qui faut refiler un tar-pé.
Une forte pensé aux autres tués d'la mains d'la police,
Protégée par la loi écrite sûr'ment par la main d'un raciste.
Pour tous mes frères incarcéré au microphone j'insiste,
J'suis pas v'nu là en tant qu'humaniste, mais en tant qu'soldat qui résiste.
Même si on en a marre, qu'ils ont tourné nos vies en cauch'mars,
Nous perdont pas espoirs, nous resterons débrouillards.
J'pense qu'à l'avenir, faudra penser à construire d'autres prisons,
Parc'que l'béton voit grandir sur lui des nouvelles générations.
Ouais j'te parle des marmots qui jouent au foot à la citée, hein !
Pour l'instant ils sont inconscients, mais bientôt ils s'ront conscient qu'sans argent tu n'es rien,
Et ils f'ront tout pour l'avoir, comme nous ils vont s'démerder.
Hein, j'vais pas t'faire un dessin !
Et ils auront ces idées aux grands d'quartiers.
Et avec fierté ils en parl'ront comme beaucoup aujourd'hui.
Tu vois, pourtant au départ on était tous des bébés innocents...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://Riyad-Es-Salihine.Skyrock.Com/
Amine Oldtimer

avatar

Nombre de messages : 10018
Age : 31
Localisation : Sur le champs de guerre
Date d'inscription : 26/02/2007

MessageSujet: Re: Couplets Légendaires   Jeu 27 Aoû - 2:28

Je continue en disant merci de m'avoir évité l'inertie, la crise d'épilepsie
De la vie, l'ineptie, qu'elle laisse les reufs en catalepsie
Jamais eu besoin de psy, Dieu merci
Les gens me suivent et s'ils savent que je suis de bonne foi
Lève ton index et tout le monde lève le doigt
Mais pas le majeur, celui-là c'est pour les rageurs
La vie est un long fleuve et moi je suis pas un maître nageur
Un compte courant, ceux que j'aime j'les mets au courant
Tu peux aider tes proches mais tu peux rien face aux éléments
N'aimant personne, j'pensais que l'homme était un animal
Pour pas finir mal je me suis accroché à des taffs à deux balles
Dieu merci je fais partie des chanceux
Même si tu penses que ceux qui bossent durs sont des poisseux


befa Merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ifa

avatar

Nombre de messages : 2979
Age : 25
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 06/11/2007

MessageSujet: Re: Couplets Légendaires   Lun 16 Nov - 1:11

Comment a t'on pu oublié les couplets de sexe pouvoir et biftons ^^

Citation :

J'me fixe sur le mix, et j' m'exprime sans complexe,
Xx ou quand le sexe prime, ma rime devient sexplicite, et j'te dis qu'ça.
Épicé comme au tex-mex, pour diksas, un texte plus profond qu'la gorge à draghixa.
Latex en poche, durex pour sponsor,
Qu'est ce qui fait tourner la sphère a part le sexe et l'or.
On sort pas du contexte et c'est comme dans l'premier couplet,
T'es un mec comblé quand fesses et blé sont accouplés.
On s'extasie, on s'expose, sexe comme extasie, explose;
Ici au sussex, et jusqu'en aise ose me dire que mon rap te vexe,
Miss on s'excuse pas on t'expose les faits.
La prose fuse, sexe jusqu'à l'excès, ce lyrics est clair.
L'argent n'a pas d'odeur mon frère, mais la femme a du flair.
La jalousie ronge l'envieux comme la rouille ronge le fer,
On ira tous au paradis car c'est ici l'enfer.
Aucun tact, rien que des pactes, du buis, traque pour la monnaie,
Sacs bourrés, chaque soir, braque des tas de poupées.
Coupé cab, respect, passe le pouvoir, tout m'est donné,
Moi la place qui m'revient sous le chaud soleil du tanché.
Haché fin, caché, dans un trou baché, celui qui me fache et
Arraché de la zone, tout ceux qui avec moi veulent marcher.
Le sexe, le pouvoir et les biftons, voilà,
Y'a pas l'choix mon gars, le respect passe par là.

Le 3eme couplet m'a mis une claque, la perf' de Lino est hors norme!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ifa-prod.skyblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Couplets Légendaires   

Revenir en haut Aller en bas
 
Couplets Légendaires
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les disques légendaires... que vous n'aimez pas !
» Felicity Lott
» TRACK TALK #1 Like A Rolling Stone
» Ce Petit Chemin - Mireille - Jean Sablon
» Philharmonie - Envolées légendaires - 7/02/15

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Din Records  :: MUSIQUE, ACTUALITE ET DEBAT :: Musiques-
Sauter vers: