Din Records
BRAV - DIARY OF SOUS FRANCE LE 18.06.2012

Din Records

« Le prix de l’indépendance »
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 LA BOUSSOLE - PAROLES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: LA BOUSSOLE - PAROLES   Mar 27 Mai - 21:44

LA BOUSSOLE - DESTINS CROISES
Pad/Tiers-monde:
C'est le genre de type qui aimait déconner
avec ses potes devant les meufs sort son bleuf
aime bien jouer les gros bonnets
il les embobinaient en plus de ça mitonnais
si il faut promet la lune pour les cartonner
dès qu'elles veulent moyenner pas télomé
c'est la cave, d'toute manière, du prix des tass tu s'ra couronné,
à la baraque, joue l'daron pour mieux sanctionner,
sa soeur espionnée, bastonnée et puis cloisonnée,
si il pouvait Wallah, elle s'rait emprisonné,
disproportionné, j'demande à dieu de le pardonner,
un soir dans l'hall, un d'ses potes lui a téléphoné,
y'a du plan à l'hôtel, une meuf qui se fait tourner,
on a dit nan, y'avais moi, Ibrahim et Coné,
"bande de bouffons" voila l'genre de discours qu'il tenait,
arrive sur place, baisse son froc, commence à donner,
puis au premier cri, c'est sa voix qu'il reconnaît,
avec sa soeur nez à nez, il a pris le chemin erroné,
pète un câble et c'est le sum qui vient dominer,
tue sa soeur de ses mains, on a pas pu le raisonner,
le soir même, sur sa tempe, son glock a détonné.

Médine:
On était parti pour s'aimer d'un amour pour six vies,
amoureux depuis l'école, étaient Yvan et Sylvie,
rien d'ombrageux au dessus de leurs têtes,
un mariage heureux célébré par le prêtre,
Yvan est si bon que Sylvie en fait sa vie,
une image de bonheur que le monde entier envie,
mais à l'origine du proverbe ''Gentil n'a qu'un oeil''
il y a Yvan, sa bouteille et son fauteuil,
en effet, Yvan est plus que violent,
quand il abuse de la boisson son amour deviens brûlant,
un alcoolisme inavoué subit par ses proches,
qui lui coûtera son boulot et le creux de ses poches,
Sylvie peut confiante lui annonce qu'il sera père,
d'un garçon qu'ils appelleront comme le père,
Yvan est aux anges et pour fêter rempli son verre,
de sa réaction c'est sa femme qu'il perd,
voila dix ans que Sylvie vit isolée,
avec petit Yvan, le fils d'un mari désolé,
ils alternent le garde, se comportent en bons parents,
petit Yvan n'a pas de problèmes apparents,
mais il sait très bien qu'en son père un loup sommeil,
les cicatrices de sa mère par les tessons de bouteilles,
ces derniers temps, Yvan et Sylvie se querellent,
chez qui ira petit Yvan le soir de noël?
l'enfant veut la mère mais le père se fout de la mère,
il lui frappe le visage et l'histoire dégénère,
"tu m'as volé mon fils durant dix ans, ce soir il est à moi que tu le veuille ou non",
il la frappe et le sang sort de sa bouche,
Sylvie perds connaissance et sur le sol se couche,
mais petit Yvan a le coeur rempli de haine,
il recharge son fusil et abat son paternel.

Ibrah:
lui c'est un jeune beur issu d'un quartier sensible,
elle d'un autre genre, d'un autre lieu bien plus paisible,
lui n'a plus d'école, n'a pas de goal, n'a plus que le vide,
elle n'a pas de potes mais a les poches pleines de liquide,
lui vit en famille dans un deux pièces à six,
elle seulement à trois dans une immense villa de riche,
lui trime, elle pas, lui crie, elle pas, lui fuit, elle pas, lui ci, elle ça,
lui fait des erreurs mais elle aussi mais à ce jour lui a payé ses torts, elle récidivera à vie,
lui se fait du souci pour sa mère, elle en fait aussi mais à la sienne,
le pire c'est qu'il s'avère que,
lui souhaite être comme elle, elle de n'être pas comme lui,
lui sait très bien que elle, elle se fiche bien de lui,
lui peine encore pour s'intégrer,
elle snif des rails qu'elle se paie pour se désintégrer,
lui a des rêves mais elle les réalise,
lui c'est sa souffrance qu'il traîne, elle ses sous qu'elle trie,
lui persévère quand elle se démotive,
lui persévère pendant que elle se dit que,
lui et elle n'ont pas les mêmes vies,
lui les flics le piste, elle le fisc l'ennui,
lui et elle se verront même pas parce que,
lui et elle ont un destin qui ne se croise pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LA BOUSSOLE - PAROLES   Mar 27 Mai - 21:45

LA BOUSSOLE - LE SAVOIR EST UNE ARME
Enarce
T'entends des bris de vitrines suivis de cris de victimes
Mental crime quand on nous prive, c'est pour nos frères pris de vitesse
Là où les pneus crissent, vie de tèce : crises, crimes
Dans ces streets vides risquées faut que le savoir prime
Nous c'est halls, chanvre, taule : chambre
Ose ! Change de cause même si on te chambre, écoute !
La connerie ruine, tombes, bruits de bombes
Brute ou bon, tous truands, ruines quand on s'entretue
Ranges ton calibre, choisis de vivre libre
Inverse calibres et livres, aies le bien pour cible
Le savoir est une arme HF, décibels drive-by
Mais où est 50 Cent qu'on l'achève ?

Refrain - Ibrah
C'est dans le crâne que se planque notre artillerie
Fais le savoir que nos mots sont des balles
C'est dans le crâne que se planque notre artillerie
Le savoir est une arme
C'est dans le crâne que se planque notre artillerie
La seule arme que l'on a est dans le mental
C'est dans le crâne que se planque notre artillerie
Le savoir est une arme

Medine
Petit frère, c'est les cerveaux qu'ont dégoupille,
L'honneur qu'on rhabille, et l'histoire qu'on nous pille
Le récit d'un canon sous l'oreiller
D'un ancêtre tiraillé et d'un savoir enrayé
A quelle école crois-tu qu'on fait nos armes
A celle de la vie où le coq est notre alarme
Une arme blanche dans une tête d'Afrique
C'est le retour de Rome, pas de nos droits civiques
Entendre et écouter c'est là la différence
on ne meurt pas d'un trop plein de science
Intelligence est le nerf de la guerre
L'impact des vers d'un cerveau revolver

Aboubakr
Quand le pêché entre en douce c'est que les jnouns tournent
Et que sheïtan nous y pousse
La tête dit, mais ton cœur veut autre chose, les douilles sifflent
Voilà la principale cause de nos yeux rouges vifs
Pendant que les pieux persévèrent on se fait la guerre
La prière notre arme de destruction massive
Vu que ce savoir est une arme laisse parler la poudre
Quand mon cabouse cause couz alors écoute
Un hommage à ceux qui nous ont précédés
Aboubakr pour les frères qui ont le même procédé
En joue parce qu'on est tous otages de nos cartouches
La réflexion du ghetto : faire feu sur tout ce qui bouge

Refrain

Koto
On veut braquer le vice quitte à ne pas brasser des bifs
On veut le plaquer d'office et l'arme c'est mon cerveau
On veut l'attaquer au risque d'être trop rétro, hors piste
D'être au rouge sur la liste on veut une justice sans défaut
Brandis ton arme on peut pas bluffer ceux qui savent
Arrête tes chichis qu'entrave la justice au visage sali
Le savoir est dans le mental y a trop de crânes qui raisonnent
Des hommes ne veulent être personne donc tout le monde est sali
Chaque balle a son but, à chaque track un son brut
Le paragraphe de la lutte tu subis ou tu ne lâches pas la grappe
On est de moins en moins, les keufs en serrent deux pour un
Trop de gros bras menottés pensaient avoir le biz en main

Pad
On ne sourit pas armés jusqu'aux dents
J'ai une goupille dans le crâne pour ne pas être perdant
On vit dedans ces tours de béton d'occident
D'août en août pas de doute on te shoote même pendant le ramadan
Mais qui a de gros guns n'a pas besoin de muscle
Qui réfléchit braque tout le monde, ne faites pas de gestes brusques
Nos cerveaux tournent comme l'industrie
Frappent sec comme Bruce Lee, on sait que les détenus finissent tous libres
L'arsenal c'est le Q.I
La connerie personne a touché cette truie
Le clic clic instruit
Les flics n'ont que l'étui, prend mon savoir par ton ouïe

Refrain
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LA BOUSSOLE - PAROLES   Mar 27 Mai - 21:46

LA BOUSSOLE - LES PROFESSEURS [ ENARCE ]
J'ai tant à apprendre, et tant à perdre
Professeur avant de partir, apprends moi ce que j'ai à faire
Pour que nos vies ait du charme
Ton savoir est une arme et fait couler des larmes

Ibrahim, grâce à toi je sais
Qu'une victime qui se venge ça peut faire des ravages
Et qu'un gun dans ses mains ça peut faire un carnage
C'est ta vie qu'on arrache par un acte de rage
Féroce riposte pour le vol d'un Lacoste
On est en deuil pour un bonnet, c'est con j'le reconnaît
Si aujourd'hui j'prends ma feuille c'est pour te dire que c'est atroce
De t'abattre ainsi, de neufs balles dans le torse

Papou, grâce a toi je sais
Que le SIDA tue encore, c'est ton corps qu'on escorte
Il n'épargne pas les mômes, c'est ta mère qu'on réconforte
Et si on retiens nos larmes c'est pour qu'elle soit forte
Continue de sourire aux anges, et quand aux anges qui t'aimaient
Je t'assure Papou, ne t'oublieront jamais
Professeur de 8 piges pour élèves de tous âges
Que dieu nous protège de ce virus qui fait rage

Tanti, grâce à toi je sais
Que les mots peuvent blesser
et pis même oppresser
Depuis que ta vie a cessé
Tu m'as appris à ne pas croire les rumeurs
Car elles causent de véritables tumeurs
J'aurais aimé te voir de bonne humeur
Avant que tu sautes du sixième et que tu meurs

Refrain (x2)
J'ai tant à apprendre, et tant à perdre,
Professeur avant de partir, apprends moi ce que j'ai à faire,
Pour que nos vies est du charme,
Ton savoir est une arme et fait couler des larmes.

Papa, grâce à toi je sais
Qu'il est dure pour un enfant, de vivre sans son père
Et que nul ne peut combler, cette absence meurtrière
Donc si le monde n'est pas près, moi je sais ce que j'ai à faire
J'ai donné ton prénom à mon première enfant
Et je me plonge dans ses yeux, comme tu le faisais avant
Car je veux à tout prix profiter de ses instants
Et ce sourire que tu m'faisais, maintenant je le comprends

Némay, grâce à toi je sais
Que la police est capable du meilleur comme du pire
Tu faisais sans doute du mal, ils ont finit par te prendre
Mais on ne sait pas pourquoi, ils ont fini par te pendre
Nous ça nous a appris, qu'ils nous tiraient comme des lapins
Une balle dans la tempe d'un enfant et c'est la fin
Je sais que c'est triste mais c'est ainsi qu'ils nous traitent
Pour stopper nos voitures les policiers visent la tête

Marie-Claire, grâce à toi je sais
Qu'il faut s'inquiéter, du silence d'un proche
Car si je l'avais fait, tu serais encore en vie
Et ça t'aurais épargné, ces douze jours d'agonie

Pardonne nous Marie-Claire, on se fait plein de reproches
Tu es partie maintenant, à nos souvenirs on s'accroche
Tu es partie maintenant, les éloignés s'approchent
Mais tu es partie maintenant

-Refrain- (x2)
J'ai tant à apprendre, et tant à perdre,
Professeur avant de partir, apprends moi ce que j'ai à faire,
Pour que nos vies est du charme,
Ton savoir est une arme et fait couler des larmes.

Aouadhif, grâce à toi je sais
Que l'amour n'est pas aveugle, il a bien vu qu'il te tuer
Il t'assassine, alors que tu lui était dévouée
Il t'assassine, mais bien sur n'allait pas avouer
Condamné à dix-huit piges mais il t'a pris la vie
Pour régler un litige où a-t'il appris à vivre ?
La justice a des failles, on a pas eu les détails
Si ce n'est vingt-six entailles, gravées dans tes entrailles

Kalhed, comment ça va mon pote ?
Ça fait plus de quinze piges écoute comme tu me manques
J'ai pas pu te dire au revoir, foutu leucémie
Personne ne le sait mais faut que tu saches
Tu m'as appris à être fort contre la maladie
Qu'il fallait se connaître mais j'ai du mal à te dire
Que je me connais depuis peu et que j'ai appris avec peine
Que ce sang qu'il te fallait coule à flots dans mes veines

Maramhet, grâce à toi je sais
Que ces foutus bécanes sont des engins de mort
Même Nagie nous l'avait dit mais combien s'en remémore ?
Car les jeunes oublient vite et agissent sans remords

Houmess, grâce à toi je sais
Qu'on peut se faire tuer, par son meilleur ami
Donc j'suis même plus étonné par tous ceux qui m'ont trahit
Ce son c'est pour vous, c'est ainsi qu'il se termine

Refrain (x2)
J'ai tant à apprendre, et tant à perdre,
Professeur avant de partir, apprends moi ce que j'ai à faire,
Pour que nos vies est du charme,
Ton savoir est une arme et fait couler des larmes.

Amhadou Niang, Papagualé, Salem Ramahi, Samba Cissé, Anna Lorquoisi, Jean-Pierre, mes sœurs, et tous nos professeurs
Revenir en haut Aller en bas
SansBlaz

avatar

Nombre de messages : 5320
Age : 28
Localisation : 93
Date d'inscription : 20/05/2007

MessageSujet: Re: LA BOUSSOLE - PAROLES   Mar 27 Mai - 22:43

SiSi t'assures
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LA BOUSSOLE - PAROLES   Mar 27 Mai - 22:46

.


Dernière édition par Sopra Joany le Lun 30 Sep - 11:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
SansBlaz

avatar

Nombre de messages : 5320
Age : 28
Localisation : 93
Date d'inscription : 20/05/2007

MessageSujet: Re: LA BOUSSOLE - PAROLES   Mar 27 Mai - 23:12

Merci à toi lol inversons pas ls roles ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
binou94

avatar

Nombre de messages : 772
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: Re: LA BOUSSOLE - PAROLES   Mer 28 Mai - 1:57

Un ancien ce soprajoany !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SansBlaz

avatar

Nombre de messages : 5320
Age : 28
Localisation : 93
Date d'inscription : 20/05/2007

MessageSujet: Re: LA BOUSSOLE - PAROLES   Mer 28 Mai - 2:11

c'est une demoiselle ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LA BOUSSOLE - PAROLES   Mer 28 Mai - 14:01

.


Dernière édition par Sopra Joany le Lun 30 Sep - 11:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
arabian-panther

avatar

Nombre de messages : 416
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Re: LA BOUSSOLE - PAROLES   Mer 28 Mai - 20:15

soprajoany a écrit:
LA BOUSSOLE - DESTINS CROISES
Pad/Tiers-monde:
C'est le genre de type qui aimait déconner
avec ses potes devant les meufs sort son bleuf
aime bien jouer les gros bonnets
il les embobinaient en plus de ça mitonnais
si il faut promet la lune pour les cartonner
dès qu'elles veulent moyenner pas tel-hô mais
c'est la cave, d'toute manière, du prix des tass tu s'ra couronné,
à la baraque, joue l'daron pour mieux sanctionner,
sa soeur espionnée, bastonnée et puis cloisonnée,
si il pouvait Wallah, elle s'rait emprisonné,
disproportionné, j'demande à dieu de le pardonner,
un soir dans l'hall, un d'ses potes lui a téléphoné,
y'a du plan à l'hôtel, une meuf qui se fait tourner,
on a dit nan, y'avais moi, Ibrahim et Coné,
"bande de bouffons" voila l'genre de discours qu'il tenait,
arrive sur place, baisse son froc, commence à donner,
puis au premier cri, c'est sa voix qu'il reconnaît,
avec sa soeur nez à nez, il a pris le chemin erroné,
pète un câble et c'est le sum qui vient dominer,
tue sa soeur de ses mains, on a pas pu le raisonner,
le soir même, sur sa tempe, son glock a détonné.

Médine:
On était parti pour s'aimer d'un amour pour six vies,
amoureux depuis l'école, étaient Yvan et Sylvie,
rien d'ombrageux au dessus de leurs têtes,
un mariage heureux célébré par le prêtre,
Yvan est si bon que Sylvie en fait sa vie,
une image de bonheur que le monde entier envie,
mais à l'origine du proverbe ''Gentil n'a qu'un oeil''
il y a Yvan, sa bouteille et son fauteuil,
en effet, Yvan est plus que violent,
quand il abuse de la boisson son amour deviens brûlant,
un alcoolisme inavoué subit par ses proches,
qui lui coûtera son boulot et le creux de ses poches,
Sylvie peut confiante lui annonce qu'il sera père,
d'un garçon qu'ils appelleront comme le père,
Yvan est aux anges et pour fêter rempli son verre,
de sa réaction c'est sa femme qu'il perd,
voila dix ans que Sylvie vit isolée,
avec petit Yvan, le fils d'un mari désolé,
ils alternent le garde, se comportent en bons parents,
petit Yvan n'a pas de problèmes apparents,
mais il sait très bien qu'en son père un loup sommeille,
les cicatrices de sa mère par les tessons de bouteilles,
ces derniers temps, Yvan et Sylvie se querellent,
chez qui ira petit Yvan le soir de noël?
l'enfant veut la mère mais le père se fout de la mère,
il lui frappe le visage et l'histoire dégénère,
"tu m'as volé mon fils durant dix ans, ce soir il est à moi que tu le veuille ou non",
il la frappe et le sang sort de sa bouche,
Sylvie perds connaissance et sur le sol se couche,
mais petit Yvan a le coeur rempli de haine,
il recharge son fusil et abat son paternel.

Ibrah:
lui c'est un jeune beur issu d'un quartier sensible,
elle d'un autre genre, d'un autre lieu bien plus paisible,
lui n'a plus d'école, n'a pas de goal, n'a plus que le vide,
elle n'a pas de potes mais a les poches pleines de liquide,
lui vit en famille dans un deux pièces à six,
elle seulement à trois dans une immense villa de riche,
lui trime, elle pas, lui crie, elle pas, lui fuit, elle pas, lui ci, elle ça,
lui fait des erreurs mais elle aussi mais à ce jour lui a payé ses torts, elle récidivera à vie,
lui se fait du souci pour sa mère, elle en fait aussi mais à la sienne,
le pire c'est qu'il s'avère que,
lui souhaite être comme elle, elle de n'être pas comme lui,
lui sait très bien que elle, elle se fiche bien de lui,
lui peine encore pour s'intégrer,
elle snif des rails qu'elle se paie pour se désintégrer,
lui a des rêves mais elle les réalise,
lui c'est sa souffrance qu'il traîne, elle ses sous qu'elle trie,
lui persévère quand elle se démotive,
lui persévère pendant que elle se dit que,
lui et elle n'ont pas les mêmes vies,
lui les flics le piste, elle le fisc l'ennui,
lui et elle se verront même pas parce que,
lui et elle ont un destin qui ne se croise pas.

J'ai rectifié un lyric
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sabir90.skyrock.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LA BOUSSOLE - PAROLES   

Revenir en haut Aller en bas
 
LA BOUSSOLE - PAROLES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Paroles] Place je passe
» [Paroles] Les Solos sous les Draps
» [INFO] Clip, paroles et traduction de "Mädchen aus dem All"
» Paroles et traductions des chansons de Mike
» Informations sur Paroles de Chansons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Din Records  :: LE LABEL DIN RECORDS :: Le Collectif DIN Records-
Sauter vers: