Din Records
BRAV - DIARY OF SOUS FRANCE LE 18.06.2012

Din Records

« Le prix de l’indépendance »
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Interview de Médine par l'ABCDR du Son

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Julien
Admin
avatar

Nombre de messages : 5617
Age : 26
Localisation : [ Toulouse ]
Date d'inscription : 26/02/2007

MessageSujet: Interview de Médine par l'ABCDR du Son   Ven 26 Sep - 22:40

Interview Médine

Croiser Médine dans les loges du Trabendo, c'est un peu comme discuter avec un boxeur dans son vestiaire avant sa montée sur le ring. Rencontre avec celui qui veut rapper comme on tape du poing sur la table et qui peut reprendre à son compte l'un des adages de Barbès : "on sait d'où on vient, où on va et pourquoi on le fait".

30/08/2008 | Propos recueillis par zo. avec la participation de Anthokadi




Abcdrduson : Médine, dans 'Hotmail', tu fais référence à ces interviews qui se transforment en interrogatoires. L’un des univers qui fait ta cohérence tout au long de tes albums est celui du renseignement, de l’espionnage, du militaire et de la défense. Très franchement, est-ce que tu te sens personnellement fliqué ?


Médine : Oui, bien sûr, et pas qu’à mon simple petit niveau de citoyen. Je pense qu’à tous les niveaux, il y a un climat ultra sécuritaire qui continue de s’installer aujourd’hui. Le traçage en est un bon exemple, que ce soit sur internet ou avec les puces. Au-delà de l’atmosphère de fiction que j’installe sur mes albums, il y a une réalité de la surveillance et du sécuritaire, qui est déjà en œuvre en Angleterre et qui est en train de glisser vers la France. C’est vrai qu’aujourd’hui, on a l’impression d’avoir en permanence un œil au-dessus de la tête et que quoi qu'on fasse, on sera repéré et trouvé, que partout où on va on sera localisé.

Aujourd’hui, je le vois dans mon quotidien, par exemple quand je vais à la mosquée et que je discute avec des frères qui ont décidé de monter une association pour aider des jeunes. Quel que soit le but de l’association, sport, aide aux devoirs ou autre, ils sont convoqués aux renseignements généraux. Ca veut dire que leur nom a été signalé et qu’on leur demande leurs réelles intentions. Pourtant, ces intentions, elles sont données officiellement dès la déclaration de l’association…. Nous sommes toujours suspectés de quelque chose en tant que jeunes issus de l’immigration, des quartiers. On a de multiples étiquettes sur le front et on doit s’en débarrasser en répondant à des convocations, en devant rassurer, en disant "ne vous inquiétez pas, on ne veut pas égorger des gens".

Bref, j’ai toujours cette impression que quoi que tu fasses, tu seras retrouvé, entendu, et que tu devras donner des explications sur tes faits et gestes, sur tes intentions, alors qu’elles sont établies depuis le début !

A : A l’écoute de tes textes, à la lecture de tes interviews, on a parfois l’impression que tout ce que tu fais est motivé, pesé, argumenté et justifié. Même ton flow, âpre et super méticuleux, donne l’impression d’une démarche justement ultra méticuleuse, justifiée dans le moindre détail. D’où cette question : Quelle place laisses-tu à l’instinct quand tu rappes et écris ?


M : C’est vrai que j'en laisse très peu. J’essaie de calculer au maximum ce que je fais et dis car aujourd’hui on ne nous permet pas de laisser planer un quelconque doute tellement nous sommes facilement suspectés par les médias, les institutions, etc. Si tu laisses trop de place à l’instinct, tu peux parfois tomber dans le débordement et aller dans des écarts qui peuvent prêter à confusion. Moi, quand je parle de quelque chose, je veux d’abord être ultra documenté sur cette chose-là. Quand j’utilise un beat, c’est parce qu’avec Proof on est au clair : on sait d’où vient chaque sample, chaque caisse etc. Je ne veux laisser aucune faille car on ne me laissera pas le droit à l’erreur. En face, nos interlocuteurs médiatiques, institutionnels, et même le public, ne laissera aucune place pour un quelconque écart. Alors on essaie d’être le plus clair possible.

Parfois, c’est vrai, ça peut sembler très militaire, et on nous le reproche souvent. Même moi je me le reproche. Je me dis : "mais pourquoi je lâche pas un peu de lest ? Pourquoi je ne rappe pas plus au feeling ? Y a un bon beat, vas-y rappe sur ce que tu as envie !". J’y arrive un petit peu plus avec des morceaux plus décontractés ou plus coups de gueule, comme 'Rappeur de force' qui est un morceau coup de gueule que j’ai posé sur la compilation "Illegal radio". C’est un morceau pour lequel je n’ai pas eu une grande documentation, j’y balance des références, j’y parle un peu de tout et de rien. Simplement, ça reste important pour moi de connaître dans les détails ce dont je veux parler.

Aujourd’hui, le rap effleure trop les problèmes sans vraiment rentrer dans les sujets. Il parle de la crise identitaire, de la colonisation, mais sans en connaître totalement les tenants et aboutissants. J’essaie à mon niveau de me documenter au maximum pour ne laisser aucune faille à qui que ce soit.

A : Dans 'Salaam', tu évoques tes douleurs et doutes sur la nature humaine et l’existence et ponctue par "mentale torture, résultat Médine trois mois sans écriture". Quand on t’écoute, il est pourtant difficile d’imaginer un MC qui écrit que lorsqu'il est dans un état de joie, de sérénité. D’ailleurs dans 'Un seul' sur "One beat", tu dis que le rap te permet d’évacuer ton spleen. Comment tes états d’esprit conditionnent ton écriture ?

M : Il y avait une époque où j’écrivais très peu. Sans romancer ma réponse, j’avais besoin d’un retour spirituel, humain et intellectuel vers moi-même. J’ai arrêté la scène trois quatre ans, j’ai arrêté d’écrire, c’était avant mon premier album "11 Septembre". J’ai pris du recul. Je me suis documenté, retrouvé spirituellement, j’ai essayé de trouver l’équilibre entre le rap et l’Islam, qui est aujourd’hui un grand sujet de débat au sein de la communauté religieuse. Bref à cette époque-là j’écrivais très peu. Et est arrivé un moment où tout ce que j’avais emmagasiné, notamment le stress et la frustration notamment suite au traitement médiatique du 11 Septembre 2001, avait besoin de sortir. Je voulais donner mon droit de réponse à tout ce qui s’était dit sur ma communauté. J’avais envie de parler de certaines choses, de décharger la frustration que j’avais accumulée pendant trois ans. Je me suis mis à écrire mon premier album, et sans vouloir être prétentieux, c’est devenu mécanique. J’ai pondu "11 Septembre", j’ai enchaîné sur le 'Savoir est une arme' de La Boussole, puis sur mon deuxième disque "Jihad, le plus grand combat est contre soi-même". Tout s’est vraiment fait de façon très mécanique. J’avais un thème, j’écoutais un beat, et hop on adaptait. Ca sortait. Ca sortait sans s’arrêter.

A : Machine à écrire comme tu dis !

M : Oui, c’est vraiment devenu mécanique. Je commence seulement aujourd’hui à épuiser mon stock de frustrations, de documentation, de tout ce que j’ai emmagasiné pendant cette période de formation et de frustrations. C’est vraiment devenu machinal !

A : Certains te reprochent ton flow sec, tranchant, âpre…

M
: On me dit parfois binaire aussi…

A : Certains disent que ces aspects de ton flow brouillent ton discours. J'ai envie de te dire que tes textes et ton propos sont Dr Jekyll et ton flow Mr Hyde. Comment tu assumes cette posture de la forme violente et provocatrice face à un fond didactique et réfléchi ?

M
: Je pars du principe qu’aujourd’hui, lorsque tu as besoin de te faire entendre… Je vais reprendre une phrase à la fin du film Se7en, prononcée par le psychopathe. Il dit que lorsque que tu as envie que ton message rentre dans le cerveau des gens, il ne suffit pas de leur taper sur l’épaule. Il faut le marteler ! C’est de cette façon là que je rappe aujourd’hui. Je n’ai pas envie de rapper avec un flow mélancolique, qui attribuerait la place à la forme au détriment du fond. Je ne veux pas délaisser le fond, au contraire, je veux m’y consacrer exclusivement. C’est vrai que la forme est très importante, comme je le disais tout à l’heure je la calcule mais j’ai tellement de choses à dire que ça ne me laisse pas beaucoup de marge de progression. Il y a tellement de choses à dire que je remplis toutes les mesures avec le contenu !

Pour que ce soit joli, je fais en sorte de ponctuer mon texte, de retirer des mots, d’agencer mais c’est vrai que quand tu fais du rap conscient, c’est très compliqué d’être le plus joli possible. Parce que parfois, surtout quand tu fais du rap conscient, les choses conscientes ont besoin d’être dites brut de pomme. Si tu les embellis trop, tu tombes vite dans le pathos ou le second degré alors que ce que tu as à dire, c’est du sérieux, c’est du premier degré. Il y a un nom ou une institution qui doit être dénoncé, il faut le faire ! Comme on dit, il ne faut pas tortiller du cul pour marcher droit. C’est dans ce sens là que j’écris mes couplets, en essayant d’être le plus documenté possible. Alors forcément, ça amoindrit l’étude de la forme. Mais ça ne veut pas dire que je la néglige totalement non plus. Je sais que j’ai toujours une marge de progression.

Je n’ai que 25 ans, et sur mon prochain album, "Arabian Panthers", je ne serais sûrement pas à la fin de cette progression. J’espère arriver à un certain âge avec un flow assez abouti et pouvoir allier fond et forme en parfaite harmonie.

A : Tu veux rapper comme on tape du poing sur la table en fait ?

M : C’est exactement ça. C’est pouvoir mettre des points d’exclamation à toutes les phrases, qu’elles soient toutes des punchlines avec des chutes qui s’imprègnent dans le cerveau de l’auditeur. C’est vrai que parfois on a tendance à dire que trop de punchlines noie la punchline, mais j’essaie d’aérer au maximum.Je recherche le bon compromis entre le fond et la forme.

A : Tu as écrit il y a quelques temps un article pour le célèbre magazine Time dans lequel tu évoques un "culte de la victimisation" qui entoure les minorités, et qu’elles-mêmes pratiquent, parfois tel un réflexe. Le rap a souvent nourri ce "culte". 3 ans plus tard, quel bilan tires-tu ? Il s’est renforcé ou apaisé ?

M
: En réalité, quand j’ai écrit ça, j’avais mon propre coup de gueule par rapport à ma communauté : la communauté musulmane, mais aussi les gens issus de l’immigration et des quartiers populaires. Je me disais qu’on n’était pas totalement des victimes et qu’on avait une part de responsabilité dans la situation dans laquelle on était. J'ai écrit ça pendant les émeutes de 2005. C’est important de comprendre qu’il ne suffit pas de tendre le miroir vers les institutions en disant : "regardez vous êtes des bourreaux, vous nous oppressez H24". Je pense que parfois, il faut aussi tourner le miroir vers soi-même et trouver un équilibre entre notre part de responsabilité et celle des institutions médiatiques et politiques.

Cet article, je l’ai écrit dans un contexte bien particulier et aujourd’hui, je suis plus nuancé sur la question. Je pense que maintenant, ma communauté doit diversifier sa réussite. Il y a plusieurs formes de réussites aujourd’hui, et je pense qu’on doit toutes les saisir. J’insiste particulièrement sur la réussite économique. Aujourd’hui, les banlieues françaises en sont la lanterne rouge. Nous ne sommes pas reconnus et estimés comme la communauté juive ou la communauté gay peuvent l’être. Pourquoi ? Car nous avons beaucoup moins de pouvoir d’achat, nous sommes économiquement très faibles. On manque aussi de grands leaders ayant émergés de notre communauté. Et je pense que nous sommes dans une période qui peut nous permettre de faire émerger des leaders, des gens forts humainement et économiquement, avec un discours puissant et tranché entre ce qui se dit et se fait.

Aujourd’hui, je pense qu’il y a moins de victimisation. Il y a plus de prise en charge, plus de réussite qui peut donner une autre image de notre communauté. Et quand je dis communauté, je ne parle pas exclusivement de la communauté musulmane. Je parle des gens issus des quartiers populaires, et ça comprend des noirs, des blancs, des arabes, des juifs, etc.

A : La Turquie a laissé voter les femmes avant la France. Elle est l’un des rares pays véritablement laïque d’un point de vue constitutionnel. Quel regard portes-tu sur tous les débats qui entourent son éventuelle adhésion à l’Union Européenne ?

M
: Je pense que c’est à cause de leur islamité. Ca fait encore très peur. On a fabriqué de toutes pièces le spectre d’un Islam qui serait le cancer de tous les maux de ce pays et de l’Europe, voire du monde en général. Les médias y ont contribué, les politiques et certains intellectuels aussi ont installé cette ambiance islamophobe.

Pour moi, ce n’est rien d’autres que sa forte pratique musulmane qui empêche la Turquie de rentrer dans l’union. L’Europe craint le voile, a peur de la barbe, de l’assiduité, de la pratique religieuse, des rites, des cultes, etc. C’est le reflet d’un fantasme qui s’est créé autour de l’Islam. Et je pense d’ailleurs que la Turquie n’accédera jamais à l’Europe.

A : Pour toi c’est plié ?

M
: Oui, même si là-bas, il y a le discours très tendancieux de certains politiques modérés, ou plutôt dits modérés. Pour moi ce sont des gens qui retournent leur veste, qui se veulent plus royaliste que le roi en disant à l’Europe et au monde "ne vous inquiétez pas les musulmans on va les effacer de notre pays".

On est dans une période où l’on interdit aux femmes de porter le voile, où l’on interdit l’arabe. Ca se passe déjà en Tunisie, dans certains endroits en Turquie. Il y aura toujours des gens qui tenteront de séduire l’occident en occultant leur appartenance ethnique, religieuse et sociale.

_________________
Arnaques, crimes et Afrique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/user/LesAffranchisMusic?feature=mhee
Julien
Admin
avatar

Nombre de messages : 5617
Age : 26
Localisation : [ Toulouse ]
Date d'inscription : 26/02/2007

MessageSujet: Re: Interview de Médine par l'ABCDR du Son   Ven 26 Sep - 22:41


A : Dans 'Ennemi d’état', tu écorches Fadela Amara. 'Ni violeur ni terroriste' fait foncièrement référence à l’association "ni putes ni soumises" dans laquelle elle fût très impliquée. Quelles conclusions tu tires de son implication dans le gouvernement actuel ?

M
: Ca montre l’opportunisme de certaines personnes, de gens qui étaient à gauche et qui aujourd’hui sont à droite, de gens qui avaient un discours très tranché sur le gouvernement de droite quand ils étaient dans des associations, et qui aujourd’hui sont membres d’un gouvernement qui est la continuité de l’ancien. Elle essaie de sauver les meubles en poussant parfois sa gueulante mais c’est de l’opportunisme individuel, tout comme les gens de S.O.S Racisme font aujourd’hui.

Fadela Amara, je pense qu’elle est instrumentalisée depuis le début, tout comme son mouvement. Ni Putes ni Soumises, ça a été commode pour le gouvernement et les médias. Ils voyaient en ce mouvement une façon de s’opposer aux jeunes de banlieues en les discriminant, une façon de s’opposer à la communauté musulmane en la diabolisant. Aucune fille voilée n’avait le droit d’entrer dans le mouvement Ni putes ni soumises. J’ai vu sur des plateaux télévisées, notamment sur Arte dans je ne sais plus quelle émission, une jeune fille voilée qui demandait à Fadela Amara de rejoindre son mouvement car elle voulait aider la condition féminine. Fadela Amara lui répondait que non, jamais elle ne viendrait, car avec son voile elle était considérée comme soumise. C’est vraiment une classification de la population, qui vise à dire qu’il y a les jeunes de banlieues qui ont un pied dans les mosquées, un autre dans les tournantes, et qu’à coté, il y aurait les gens bien, ceux qui enlèvent le voile de leur femme.

Je me suis senti diabolisé et discriminé par ce mouvement, donc par sa présidente. Je ne l’attaque pas elle en tant que personne humaine, j’attaque ce qu’elle représente. D’ailleurs en concert on prend le temps de s’arrêter et de ré-expliquer l’affaire, de clarifier pourquoi on a cité Fadela Amara, car ça a prêté à confusion pour certaines personnes. On m’a demandé pourquoi j’avais attaqué Fadela Amara, elle qui est pour le droit des femmes, etc. Ca ne veut pas dire que je suis contre le droit des femmes et leur émancipation, bien au contraire ! Mais je ne pense pas que c’est en relookant les afghanes ou en faisant des marches silencieuses le 8 mars qu’on améliore la condition de la femme. Je pense qu’il y a un travail de moralité à mettre en place, qu’il faut travailler sur les mentalités avant de défiler silencieusement dans la rue.

A : A part la référence à Massoud 'Le lion du Panshir', pourquoi ces multiples références aux félins dans tes paroles ?

M
: Parce que c’est un monde qui fascine, c’est un monde très brut, très animal. On appartient aussi à cet univers. Il y a une phrase qui dit "plus je fréquente les hommes, plus j’aime mon chien". On a ce rapport avec le monde animal qui me dit qu’au final, au niveau de la mentalité et de l’instinct de survie, on est finalement très proche de l’animal, d’où Arabian Panthers, le tigre dans la gorge, etc. Je pense que l’apparence mise à part, il y a finalement moins de nuances qu’on le croit entre le monde animal et le monde humain.

A : En écoutant "du Panjshir à Harlem", un autre membre du site me disait qu'il repensait souvent à la phrase de Rocé "La France connaît les Blacks mais pas les Noirs". Si tu devais refaire ce morceau en tenant compte de cette phrase, par qui remplacerais-tu Malcolm X ?

M
: [Il reste songeur] Peut-être des gens comme Aimé Césaire ou Frantz Fanon... Peut-être… Je n’en vois pas d’autres.

A : Comment expliques-tu que la jeunesse française soit plus marquée par le combat des noirs américains ?

M
: Je pense que c’est une histoire de médiatisation et d'époque. Malcolm X, Luther King, ce sont des gens très cités par les rappeurs mais aussi par le cinéma des années 80. Leur histoire a été formalisée et diffusée, comme l’a fait Spike Lee pour Malcolm X. Il y a eu beaucoup plus de formalisation sur leurs histoires et leurs combats que pour Aimé Césaire ou Frantz Fanon. Eux ont vu leurs écrits diffusés, mais il n'y a pas encore eu de films, de grands reportages, de grosses biographies ou de morceaux cultes qui les citent, qui racontent leur personne, leur histoire, leurs combats.

On n’a pas encore vu de grands reportages sur Aimé Césaire ou de beaux films sur Frantz Fanon. Je pense que les noirs américains ont pris conscience qu’ils avaient un très gros patrimoine, de par leurs leaders qui ont émergé à la fin des années 60, et se sont dit qu’ils allaient le formaliser et le faire vivre à travers leur musique, leurs films, etc. C’est pour ça que dans les années 80, on pouvait voir de nombreuses références au mouvement des Black Panthers dans les clips de Public Enemy, des références aussi à Malcolm X ou Luther King. Et je pense que c’est pour ça qu’aujourd’hui en France, nous faisons beaucoup plus référence à ces leaders afro-américains. On se sent très liés à la culture afro-américaine de par déjà l’origine de rap, mais aussi de par notre condition de gens qui ont immigré vers un pays, même si je nuancerais en rappelant que eux sont allés aux USA de force alors que nous nous sommes venus de notre plein gré, même si on fuyait quelque chose, une réalité et une misère. Et le combat des leaders afro-américains a été bien plus médiatisé que celui de Frantz Fanon.

A : Tu entretiens un rapport très fort avec l’Histoire, que tu aimes mettre en abîme à coups de story telling. Tu en reprends de nombreux symboles, très forts. L’Histoire est souvent soumise à polémique, à interprétation. On sent que tes textes sont très documentés. Tu disais dans une interview vouloir faire du rap à la manière d’un journaliste. Ca ne contraste pas avec cette notion d’engagement que tu défends ? Quelle est ta notion de l’objectivité ? L’histoire peut-elle être engagée ?

M
: Tout d’abord, quand je dis vouloir avoir la démarche d’un journaliste, je n’utilise jamais le terme d’objectivité, car pour justement en avoir discuté avec certains journalistes, je suis convaincu que l’objectivité n’existe pas. J’essaie donc d’être le moins subjectif possible. J’essaie de m’en tenir aux faits, aux constats, sans forcément rentrer dans le parti pris. Mais je ne peux pas totalement échapper aux partis pris, puisque je considère que l’objectivité n’existe pas. Je tombe donc parfois dans la subjectivité, mais j’essaie vraiment de m’en tenir aux faits, aux constats, à la réalité de l’histoire en essayant de comparer les versions historiques qui ont été révélées.

Malheureusement, il y a une célèbre phrase qui dit "l’histoire est écrite par les vainqueurs", et on aura jamais vraiment la version des vaincus. Il y a un proverbe africain encore plus détaillé : "lorsque les lions auront des érudits parmi eux, alors on n’arrêtera de voir l’histoire par la vision du chasseur". Je pense que ça résume assez bien l’état d’esprit dans lequel je suis. J’essaie d’être l’érudit des lions pour éviter que seuls les chasseurs donnent leur version.

A : Dans le cadre de la sortie de ta mixtape "Don’t panik", tu poses avec un T-Shirt ciglé "I’m muslim, don’t panik". Le message est simple, provocateur et pour le moins efficace, mais tu n’as pas parfois l’impression de marier ta foi avec le business ? D’en faire ton fond de commerce ?

M
: Déjà, je ne parle pas de ma foi, je ne parle pas de religion ni de culte, je parle d’appartenance à une communauté. Je parle d’être musulman, en tant que facteur d’exclusion. C’est dans ce sens là que j’en parle. Je ne parle pas de dogme, je ne fais pas de prosélytisme, je ne pousse pas les gens vers ma religion, je parle d’appartenance à une communauté. Certes je le revendique, certes je le placarde sur les t-shirts, oui je le commercialise, mais je n’y vois en aucun cas une manière de me servir d’une communauté ou de me servir d’une foi dans le but de m’enrichir personnellement.

Ce qu’il faut savoir, c’est que Din Records, c’est des jeunes de quartier qui se sont réunis, qui se sont professionnalisés et qui font vivre une dizaine de familles au coeur du quartier. La plupart sont issues de l’immigration. Il y a des noirs, des arabes, des français de souche, des chiliens, et nous sommes dans une logique de réussite communautaire. Demain, je peux quitter Din Records, aller voir une maison de disque et leur dire "signez-moi un chèque, je vous appartiens". Je prends mes 400 000 euros, je roule ma bosse, je sors deux ou trois t-shirts persos et puis je me fais des thunes. Mais non. On s’est dit "il faut qu’on ait un million d’euros ensemble". A 10, peut-être, et ça fera 100 000 euros chacun quoi qu’il en soit. On est dans une logique certes économique, mais avec du sens. D’où le fait qu’on ait appelé notre marque "le savoir est une arme".

Quoiqu’il en soit, il faudra que l’on survive, que l’on ait de l’argent pour avancer. On ne veut pas dire et mettre n’importe quoi sur ce que l’on produit. On recherche vraiment des messages. Par nos T-shirts, on va provoquer. On veut rallier les gens à notre cause et les fédérer autour d’un t-shirt, d’un cd, d’un concert.

_________________
Arnaques, crimes et Afrique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/user/LesAffranchisMusic?feature=mhee
Julien
Admin
avatar

Nombre de messages : 5617
Age : 26
Localisation : [ Toulouse ]
Date d'inscription : 26/02/2007

MessageSujet: Re: Interview de Médine par l'ABCDR du Son   Ven 26 Sep - 22:41


A : Aujourd’hui, l’Islam fait peur autant qu’il attire. Tu évoques souvent la force que t’apportes ta foi. Imagines-tu qu’un rappeur catho ou juif qui appuierait parfois autant sur sa foi que tu peux le faire dans tes textes arriverait à se faire une place dans le paysage français ?

M
: Franchement, j’ai du mal à m’imaginer la situation, ne serait-ce que par rapport à l’Histoire. Le rapport avec le monde occidental est très différent pour l’Islam qu'il l'est pour le Catholicisme. L’Europe est judéo-chrétienne. Bon, je pense que le juif ressentirait beaucoup plus ce que je ressens aujourd’hui que le protestant ou le catholique, et ce justement à cause de l’Histoire. Oui je pense que le juif ressentirait beaucoup plus ce que je ressens que d’autres.

Pourquoi ? Parce qu’il y a beaucoup d’antisémitisme en France, il ne faut pas le nier, et c’est dû encore une fois à l’Histoire. La communauté juive est très discriminée et à plusieurs niveaux. Ce n’est pas seulement dans le monde européen. Il y a de l’antisémitisme dans le monde arabe, il faut le dénoncer de la même manière qu’il faut dénoncer l’islamophobie dans le monde occidental.

A : Si je te pose cette question, c’est entre autre parce que je suis récemment tombé sur un rappeur qui revient beaucoup à son rapport avec Jésus dans ses textes. Et franchement, sur le coup, je ne peux pas cacher que ça m’a surpris, d’autant plus que son univers est très rauque et funèbre.

M
: Il y avait un groupe, dont je ne me souviens plus du nom, deux capverdiens je crois, qui affichaient leur foi chrétienne. Ca avait quand même des tendances très prosélytes. Il ne parlait pas de religion en tant que communauté. Moi c’est comme ça que j’en parle. C’est uniquement par rapport à l’appartenance à une communauté. Eux avaient des allures de prosélytes "Jésus nous guide" etc. Ce n’est pas mon registre, je ne dis jamais "Mahomet, dieu nous aide", etc. Bref !

A : Tu peux nous parler un peu de Din Records. Où en est la structure aujourd’hui ? Quel est le bilan, quels sont ses projets ?

M
: Le bilan est très positif. On est de plus en plus actifs à plusieurs niveaux, que ce soit sur le disque ou le textile. La marque "Le savoir est une arme" est en pleine expansion, ce qui n’est pas pour nous déplaire. Pour ce qui est du disque, nous essayons de développer les artistes qui sont là depuis le début comme Bouchées doubles, Aboubakr, Koto, tout en restant sur cette chasse gardée sur le conscient.

A : Tu travailles désormais également avec Because Music. Où s’arrêtent les prérogatives de Din Records et où commencent celles de Because ?

M
: Désormais, le taff de Din Records s’arrête une fois que l’artistique est terminé. Quand l’album est fini, on repasse le bébé à Because, tout en gardant un œil très ferme sur leur travail, pour qu’ils puissent le marqueter. On se met d’accord avec eux sur des stratégies, en disant ce qu’on ne veut pas faire, sur quoi on aimerait se concentrer. On essaie de trouver des terrains d’entente avec les équipes de communication de Because Music, qui ne sont pas du tout relous au niveau de l’artistique, qui n’interviennent quasiment pas à ce niveau et qui écoutent surtout en tant que producteur car ils ont un rôle à jouer. Financièrement, ça nous permet de sortir la tête de l’eau.

Le modèle économique indépendant est très étouffant, il y a des mois où tu ne touches pas de salaire. Mais je ne suis pas là pour faire la pleureuse ! Quoi qu’il en soit, comme un gars de chez Because l’a dit, "une main seule n’applaudit pas". Je pense que travailler à deux va renforcer mon message et l’emmener dans plus de foyers.


A : Beaucoup aimeraient te voir en featuring au côté d’Ali.

M
: [Il sourit] Je rêve de faire un featuring avec Ali.

A : Il y a une chance que ça se fasse ?

M
: Il est très peu accessible. Je ne sais pas exactement pourquoi. J’ai tenté de mon côté de le rencontrer pour faire un morceau. Ca ne s’est pas fait pour des raisons de planning, mais j’espère toujours faire un featuring avec lui. Je me suis fixé comme objectif de faire des featurings avec mon top 5 de rappeurs, dont Ali.

A : Toi qui fais allégeance au rap français dit "conscient", qui dit que son apogée a été atteinte en 1998, tu rappes sur les sons d’un producteur qui ne cache pas ses influences U.S. On a souvent reproché au rap français la faiblesse de ses sons, et à cette époque, sa tendance au combo textes conscients sur instru "violon - piano". Cherches-tu à concilier le son US et les textes à la française ?

M
: C’est exactement ça. On est vraiment orientés dans une dynamique "acoustico-urbaine" si je peux dire ça comme ça. On aimerait vraiment donner de la musicalité à tous ces morceaux de références à la structure très simpliste, très minimaliste, basée sur une rythmique plus un piano. Certes c’est ce qui a fait le rap français.

Comme je le disais dans une autre interview, le rap français a trouvé sa propre ramification à la fin des années 90 et s’est détaché du rap américain. On avait une couleur française qui était très violon et piano, beat urbain. La couleur américaine est aujourd’hui devenue ce qu’elle est et personnellement je la déplore, car je ne me retrouve que très peu dans le rap américain si ce n’est des gens comme Common ou Talib Kweli. A partir du moment où le rap français a pris son envol et s’est détaché du rap américain, nous nous sommes dits : le rap français c’est ça, voilà ses 5 morceaux de références, en voici les dix instrus de référence, on va se baser sur ça, les décupler, les exploser pour donner à nouveau une couleur au rap français tout en gardant un œil sur le rap américain qui reste quand même le maître en terme de création musicale.

A : Les albums de Médine seront-ils toujours produits uniquement par Proof ? C'est vraiment un duo ?

M
: Oui. Franchement, on a fait l’expérience de vouloir travailler avec d’autres producteurs. Ca ne s’est pas mal passé, ça c’est même plutôt bien passé, mais on s’est rendu compte qu’on avait un degré d’exigence supérieur à toutes les forces qui pouvaient être réunies dans le rap français. Moi j’appelle Proof à deux heures du matin en lui disant que le charleston ne va pas, il va de suite au studio et le change. Toutes les sessions, on les chamboule, le travail d’éditing et de réalisation est de plus en plus important. On est de plus en plus minutieux.

Aujourd’hui, on passe beaucoup plus de temps sur un morceau qu’à l’époque de "11 Septembre" et j’espère que ça portera ses fruits. On essaie d’apporter plus de musicalité. Comme je te le disais au début de l’interview, le fond remplit tellement les mesures que ça laisse peu de place à la forme. On fait donc un effort sur la musicalité et à la façon d’aérer les morceaux afin qu’il y ait un confort d’écoute. On ne veut pas balancer un pavé dans le bide des gens et qu’ils trouvent l’album indigeste. On veut qu’ils puissent digérer nos disques !

A : Là, c’est un sentiment personnel qui guide ma question : quand tu dis par exemple "je cale mon horloge biologique sur celle de La Mecque", dans ce genre de moment je me prends à regretter que tu te revendiques d’abord en tant que musulman. Est-ce que la foi n’est pas quelque chose qui se vit à l’intérieur, est-ce que tu ne penses pas parfois trop exposer quelque chose qui ne fait partie que de la sphère de l’intime ?

M
: Je pense qu’à aucun moment j'ai trop exposé ma foi. Je ne pense pas avoir fait de prosélytisme. Je ne pense pas trop étaler mes convictions personnelles. Au contraire ! Cependant, je pense que c’est important que les gens sachent bien qui je suis, quel est mon état d’esprit pour qu’ils cernent bien mon discours, qu’ils comprennent bien mon action. C’est important pour l’auditeur.

Peu connaissent vraiment l’Islam. Pour beaucoup c’est égorger des moutons, faire le ramadan, et parfois avoir envie de faire péter des tours. C’est important de revenir à un Islam disciplinaire, dans le sens où si tu enlèves le mot Islam, ça restera une discipline, une hygiène de vie, comme toutes religions. Il faut comprendre que si je cale mon horloge biologique sur celle de La Mecque, c’est parce que j’ai besoin de me cadrer personnellement. C’est ce qui fait que mon rap aujourd’hui est cadré, que j’ai une documentation, que j’ai un discours bien particulier, que j’ai une provocation mais qu'elle est justifiée, etc.

C’est un équilibre de vie que j’ai envie de partager avec les gens. C’est dire "regardez, j’ai mon équilibre de vie, c’est celui-ci". Ca ne veut pas dire que pour toi, ce sera l’Islam ! Mais tu as certainement un équilibre de vie que tu construis selon ta propre expérience, qui va te permettre d’équilibrer les choses au quotidien. Quoi qu’il en soit, chacun doit trouver un moteur, quelque chose qui le règle, lui donne une discipline de vie.

A : 'Victory', le clip de 'Lecture Aléatoire', tu sembles avoir un certain attrait pour la boxe… Pierre Carles titrait son film sur Bourdieu et les médias "la sociologie est un sport de combat". Le rap en est un aussi ?

M
: Ouais, à 100%. On retrouve le même esprit de compétition dans le rap que dans le sport. Pourquoi avoir choisi la boxe anglaise ? Parce qu’on l’appelle le noble art et je pense que le rap est une noble discipline, qui est trop souvent entachée par des gens qui ne la respectent pas.

J’ai vraiment l’intention d’amener le rap conscient à son plus haut niveau commercial comme à son plus haut niveau artistique. Le rap conscient a ses pères, ses piliers fondateurs, et il y a ceux qui reprennent le flambeau. J’espère en faire partie.

_________________
Arnaques, crimes et Afrique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/user/LesAffranchisMusic?feature=mhee
Guillaume
Admin
avatar

Nombre de messages : 6998
Age : 31
Localisation : 76ème Département
Date d'inscription : 26/02/2007

MessageSujet: Re: Interview de Médine par l'ABCDR du Son   Ven 26 Sep - 23:34

Ca me fait penser que j'ai toujours pas pris le temps de la lire!

_________________
Le silence n'est pas un oubli...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Interview de Médine par l'ABCDR du Son   

Revenir en haut Aller en bas
 
Interview de Médine par l'ABCDR du Son
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Interview fred schneider
» [Interview] Tokio Hotel réponds aux questions d'NRJ.de
» [Vidéo ] interview With Gustav Schäfer - Drummer Of Tokio Hotel!
» [Interview] Radio Energy : 11 1/2 questions avec Tokio Hotel !
» [Interview] Interview avec David Jost pour Welt.de

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Din Records  :: LES ARTISTES :: Médine-
Sauter vers: